Archive for the ‘Vie politique’ Category

42 غدا أنتخب حاج بشيخ، أنتخب التحالف الوطني الجمهوري

9 mai 2012

  42 غدا أنتخب حاج بشيخ، أنتخب التحالف الوطني الجمهوري

شكرا على النشر و المساندة.

Demain je vote Hadj Bechikh, je vote ANR(42).
A partager sans modération, merci pour votre soutien.

Campagne électorale officiellement clôturée إنتهاء الحملة الإنتخابية رسميا

8 mai 2012

إنتهاء الحملة الإنتخابية رسميا
إنتهت الحملة الإنتخابية و قمنا بإغلاق مكاتبنا على مستوى ولاية مستغانم إحتراما للقانون. حيث أن علينا إعطاء المثل الأعلى كممثلين لحزب جمهوري في نضالنا من أجل دولة القانون.
Campagne électorale officiellement clôturée
Nous avons respecté la loi et nous avons fermé hier soir nos bureaux de campagne à travers la wilaya de Mostaganem. Ils nous appartient à nous républicains de donner l’exemple dans notre combat pour un Etat de droit.


بتصويتكم تحت شعار التحالف الوطني الجمهوري (42) في 10 ماي 2012

15 avril 2012

 ANR (42)التحالف الوطني الجمهوري

بتصويتكم تحت شعار التحالف الوطني الجمهوري (42) في 10 ماي 2012 .

. مطالبنا في إنتخابات حرة و نزيهة.واقع السينما . مشاركة المرأة في الحياة السياسية

5 avril 2012

. مطالبنا في إنتخابات حرة و نزيهة.واقع السينما . مشاركة المرأة في الحياة السياسية
Nos exigences pour des élection libres et transparentes. La réalité du cinéma algérien. la participation de la femme dans la vie politique.
نعبر عن هموم المواطن البسيط ونتبني مشاكل من لا صوت لهم ، قريبون من الواقع بعيدون عن لغة الخشب و التشيات : ندافع عن الفلاح ، و البطّال ، و المعوز، و المعوق ، و نضالنا متواصل من أجل كتابة التاريخ ، تاريخ الأحرار !

رد الوزير الأول أحمد أويحي على تدخلي أمام المجلس الشعبي الوطني. réponse du Premier Ministre M. Ahmed Ouyahia suite à mon intervention devant l’Assemblée populaire nationale (APN)

30 novembre 2010

رد الوزير الأول أحمد أويحي على تدخلي أمام المجلس الشعبي الوطني بمناسبة مناقشة السياسة العامة للحكومة في 24/10/2010

Voici la réponse du Premier Ministre M. Ahmed Ouyahia suite à mon intervention du 24/10/2010 devant l’Assemblée populaire nationale (APN), à l’occasion du débat autour de la déclaration de politique générale du gouvernement.

Mais cette réponse du Premier ministre reste insuffisante, car il a omis de répondre à un certain nombre de questions concrètes : Harga, l’absence d’une vraie politique touristique performante, Prise en charge des personnes handicapées, pénurie des médicaments…

يبقى رد الوزير الأول غير كامل لتجاهله أغلبية الإنشغالات التي تضمنها تدخلي : ظاهرة الحرقة،  غياب سياسة حقيقية لترقية السياحة، التكفل بالأشخاص المعاقين، ندرة الأدوية

22/11/2010 Notre intervention à l’occasion du débat sur le projet de loi sur la cinématographie نص مداخلة أمام المجلس الشعبي الوطني بمناسبة مناقشة مشروع القانون المتعلق بالسينما

23 novembre 2010

بسم الله الرحمن الرحيم

السيد الرئيس،

السيدات و السادة الوزراء،

زميلاتي، زملائي النواب،

عائلة الاعلام،

السلام عليكم،

أود بداية أن أتساءل عن فحوى وضع مشروع قانون يتعلق بالسينما، و نحن نعلم عن غياب قاعات و هياكل للسينما في بلادنا، فمدينة مستغانم التي يقطنها ما يقارب المليون نسمة، لا تتوفر على قاعة سينما واحدة ؟ القطاع السينماتوغرافي في تقهقر،  ينبغي تسليط الضوء عليه و ترميم و تهيئة دور العرض، و كذا فتح الأبواب المغلقة منها.

ناهيك عن ضرورة رد الاعتبار لمقاومتنا و رموزنا التي طمستها بعض الأطراف الأجنبية، فبعد أن كنا ننتج 12 فيلماً في السنة غداة فترة الاستقلال التي شهدت تصدر أعمالنا السينمائية واجهات المهرجانات العالمية!   أصبحنا اليوم نعرف فراغا فادحا، سببه نقص الإنتاج السينمائي، أدى إلى تشجيع أعمالٍ تأتينا من وراء البحر، تُدنس هويتنا الوطنية وتُشوه ذاكرتنا الوطنية، بالتشكيك في ثورتنا المجيدة و شهدائنا الأبرار.

لا أحد يَشُك في أهمية التاريخ و في ضرورة التوعية بقيمة تاريخنا و أن نقدمه لشبابنا من خلال أعمال سينمائية، حتى يَشْعرُوا بالوطنية و الأصالة.

نتظاهر بأن لنا « سينما »، نتظاهر بأننا نُفكر من أجل تنظيمه و تأطيره، و نتظاهر بفرض رقابة على إنتاج الأفلام. و لكن في الحقيقة نُهمل الإبداع السينماتوغرافي، حيث لا يوجد سينما، و لكن قناطير مقنطرة من القوانين و التنظيمات و المؤسسات.

فالواقع واضح جدّ الوضوح، السينما الوطنية لا قدرة لها في مواجهة العولمة الثقافية الحالية.

على أي أساس قانوني أو على أي حقيقة إلهية،  تفرض الحكومة بحكم هذا المشروع، الرقابة على الأعمال السينمائية ؟

ففرض الرقابة على الإبداع، هو تقزيم لمكانة هذا الوطن.

يَتم تنظيم مهرجانات، لا تعود بالفائدة على القطاع السينمائي الوطني، حيث يَحضُرها مدعوون مشكُوكُُ في مِشوارِهمْ الفني، فِي حِينِ يُهمَّشُ و يُغيَّبُ جزائريُون ذاع صيتهم على المستوى الدولي. فهل نتعمد مثل هذه التصرفات لدفع فنَّانينا و مخرجينا للخروج الهروبي من الوطن إلى المنفى ؟

الجزائر في حاجة إلى مشروع ثقافي حقيقي، يسمح بإعادة إكتشاف الجمهور الجزائري و تحديد أهداف تسمح للبلد بالتمتع بصورة، يُعبر عنها خطابُُ وطني يقضي على الإقصاء و يحترمُ حرية الكلام.

رغم كل هذه النقائص، مازال هناك أنديةُُُُُ و جمعياتُُُ و صحافيون و مخرجون يَسهرون و يُناضلون من أجل تمثيل محترمٍ للسينما الجزائرية.

نأسفُ في الأخير على الوضع المزري الذي تعيشه كوكبة كبيرة من فنانينا، في إنتظار استحداث قانون أساسي  يحمي حقوقهم و يضمن لهم العيش الكريم.

Mostaganem a un nouveau wali (préfet) : M. OUADDAH Hocine

30 septembre 2010

Vaste mouvement dans le corps des walis : 11 walis limogés, 28 mutés et 11 nouvellement nommés

Le chef de l’Etat a procédé jeudi 30 septembre 2010 à un mouvement dans le corps des walis. Ce mouvement, le deuxième de par son envergure après celui opéré en août 1999, concerne 40 walis. Le président a mis fin aux fonctions de 11 walis, notamment ceux d’Oran, de Skikda et de Tebessa.


28 walis ont été muté alors qu’on annonce 12 nouvelles nominations qui ont permis la promotion de six walis délégués et cinq secrétaires généraux de wilayas. Le communiqué de la présidence ne fait état d’aucun motif pour justifier le limogeage de ces 11 hauts fonctionnaires de l’administration. A signaler qu’une seule femme, ZerhouniNouria Yamina, figure parmi ce corps d’Etat.

Cessation de fonctions :

– MELIZI Tahar, wali de Skikda, appelé à exercer une autre fonction

– HARFOUCHE Noureddine, wali de Tebessa, appelé à exercer une autre fonction,

– BENTABET Mokhtar, wali de Sidi Bel-Abbès, appelé à exercer une autre fonction

– HAMDI Belkacem, wali de Guelma, appelé à exercer une autre fonction

– MALFOUF Ahmed, wali d’Ouargla, appelé à exercer une autre fonction,

– SEKRANE Tahar, wali d’Oran, appelé à exercer une autre fonction

– ZIANI Mohamed, wali d’El-Bayadh, appelé à exercer une autre fonction,

– TIFOUR Boualem, wali d’Illizi, appelé à exercer une autre focntion,

– SALHI Djamel Eddine, wali de Mila, appelé à exercer une auter fonction,

-FATMI Rachid, wali de Souk Ahras, appelé à exercer une autre fonction,

KANOUNE Hacene, wali d’El-Tarf, appelé à exercer une autre fonction

Mutations :

– MENAA Mohamed-Salah, wali de M’sila, est muté à la wilaya d’Oum El  Bouaghi,

– Mazouz Hocine, wali de Tizi-Ouzou, est muté à la wilaya de Batna,

– Hammou Ahmed Touhami, wali de Djelfa, est muté à la wilaya de Béjaia,

– DJARI Messaoud, wali d’Adrar est muté à la wilaya de Biskra,

– ZAALENE Abdelghani, wali d’Oum El Bouaghi, est muté à la wilaya de  Béchar,

– OUCHEN Mohamed, wali de Tipaza, est muté à la wilaya de Blida,

– BALIOUZ Mabrouk, wali de Khenchela, est muté à la wilaya de Tébéssa,

– BOUAZGHI Abdelkader, wali de Batna, est muté à la wilaya de Tizi-Ouzou,

– BEDRICI Ali, wali de Béjaia, est muté à la wilaya de Jijel,

– ZOUKH Abdelkader, wali de Médéa, est muté à la wilaya de Sétif,

– BOUDERBALI Mohamed, wali d’Aïn Temouchent, est muté à la wilaya de  Skikda.

– FEHIM Yahia, wali de Ghardaïa, est muté à la wilaya de Sidi Bel-Abbès,

– MERZOUG Larbi, wali de Mascara, est muté à la wilaya de Guelma,

– BEDOUI Noureddine, wali de Sétif, est muté à la wilaya de Constantine,

– MERAD Brahim, wali de Boumerdès, est muté à la wilaya de Médéa

– OUADDAH Hocine, wali de Blida, est muté à la wilaya de Mostaganem

– MAASKRI Nacer, wali de Tissemsilt, est muté à la wilaya d’Ouargla,

– BOUDIAF Abdelmalek, wali de Constantine, est muté à la wilaya d’Oran,

– BOUBEKEUR Abderrahmane, wali de Tamanrasset, est muté à la wilaya  de Saïda,

– MECHERI Azzedine, wali de Béchar, est muté à la wilaya de Bordj Bou-Arréridj,

– BOUKARABILA Djelloul, wali de Relizane, est muté à la wilaya de Khenchela

– AGOUDJIL Saâd, wali de Biskra, est muté à la wilaya de Souk Ahras

– LAYADI Mostefa, wali d’El Oued, est muté à la wilaya de Tipasa,

– KADID Abderrahmane, wali de Bordj Bou-Arréridj, est muté à la wilaya  de Mila,

– MAABED Ahmed, wali de Jijel, est muté à la wilaya d’El Tarf,

– ZERHOUNI Nouria Yamina, wali de Mostaganem, est mutée à la wilaya  d’Aïn Temouchent,

– ADLI Ahmed, wali de Laghouat, est muté à la wilaya de Ghardaïa

– KADI Abdelkader, wali d’Aïn Defla, est muté à la wilaya de Relizane,

Nouvelles Nominations :

-OULED SALAH Zitouni, secrétaire généal de la wilaya d’Alger est désigné  en qualité de wali de Mascara,

– MEZIANE Saïd, wali délégué de la circonscription administrative de  Bab El-Oued est désigné en qualité de wali de Tamanrasset,

– BOUSSETTA Abou Bakr Seddik, wali délégué de la circonscription administrative d’Hussein Dey est désigné en qualité de wali de Djelfa

– BENMANSOUR Abdallah, wali délégué de la circonscription administrative  de Dar El Beïda est désigné en qualité de wali de M’sila,

– KHELFI Mohamed Laïd, wali délégué de la circonscription administrative  de Sidi M’hamed est désigné en qualité de wali d’Illizi,

– BESSAIH Hocine, wali délégué de la circonscription administrative  de Draria est désigné en qualité de wali de Tissemsilt,

– ALAILI Maâmar, wali délégué de la circonscription administrative de  Bir Mourad Raïs est désigné en qualité de wali d’El Oued,

– DERFOUF Hadjiri, secrétaire général de la wilaya de Saïda – wali par  intérim – est désigné en qualité de wali d’Aïn Defla,

– SACI Ahmed, secrétaire général de la wilaya de Sétif est dé signé  en qualité de wali d’Adrar,

– Cherfa Youcef, secrétaire général de la wilaya de Souk Ahras est désigné  en qualité de wilaya de Laghouat,

– SEMMOUDI Salim, secrétaire général de la wilaya d’Ouargla est désigné  en qualité de wali d’El Bayadh,

ABBES Kamel, secrétaire général de la wilaya de Tizi-Ouzou est désigné  en qualité de wali de Boumerdès

A assisté à la clôture des travaux de la commission parlementaire de l’agriculture, de la pêche et de la protection de l’environnement

18 juillet 2010

A assisté à la clôture des travaux de la commission parlementaire de l’agriculture, de la pêche et de la protection de l’environnement, où nous avons eu l’occasion de débattre avec le ministre de l’agriculture : M. Benaïssa , puis avec Le président de l’APN : M. Ziari à la fin de la journée.

La commission de l’APN présente un rapport au ministre de l’Agriculture


La Commission de l’Agriculture, de la pêche et de la protection de l’environnement de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) a présenté hier  au ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaïssa les conclusions d’un rapport sur le déroulement des projets du renouveau agricole et rural, réalisé suite à des visites d’inspection à travers le pays. Il faut signaler dans ce sens que sur les 200 milliards de DA alloués annuellement au secteur agricole dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, un montant de 60 milliards DA/an concerne le renouveau rural, soit 25% des affectations des autres budgets sectoriels destinées aux espaces ruraux. Dans le cadre des PDRI (projet de proximité de développement rural intégré), 5 programmes de renouveau rural ont été lancés pour la période 2009/2014. Ils portent sur la préservation, l’extension et la valorisation du patrimoine forestier national, la protection des bassins versants (3,5 millions ha), la lutte contre la désertification (20 millions d’ha), la conservation des écosystèmes naturels et la mise en valeur des terres agricoles et forestières (341.000 ha).
Dans ce sens, le rapport de la commission élaboré sur deux ans (2009-2010), premier du genre à être réalisé par une commission parlementaire,  et présenté hier lors d’une réunion de travail, a suscité la satisfaction du ministre qui s’est félicité du fait que « le parlement exerce son rôle important de contrôleur de l’Exécutif et ne se limite pas à la législation ». Le président de la Commission, M. Mahmoudi Mohamed a, pour sa part, noté avec satisfaction l’état de « renaissance et de retour vers l’investissement agricole contrairement aux années précédentes ». Ces progrès, qui ne manquent pas évidemment de certaines défaillances, « devront être consolidés grâce à l’application prochaine de la loi sur l’exploitation des terres agricoles relevant de la propriété privée de l’Etat », selon M. Mahmoudi. La nécessité de renforcer la lutte contre la désertification, le contrôle de l’avancement des opérations de financements, la désignation d’une commune et d’une wilaya « pilotes » du projet du renouveau agricole ainsi que la promotion de l’habitat et de l’énergie ruraux ont été parmi les recommandations des membres de la commission ayant assisté à la rencontre. La multiplication des sessions de formation et d’information au profit des animateurs agricoles auprès des collectivités locales a été également préconisée par les députés. Abordant le volet de l’effacement de la dette des agriculteurs, évoqué par un membre de la commission, le ministre a rappelé qu’il ne restait que 5 milliards de DA sur les 41 milliards de DA consacrés à cette opération. 36 milliards de DA y ont été donc dépensés jusqu’à présent. « L’essentiel c’est que l’effacement touche les agriculteurs réellement en difficulté et non pas ceux voulant juste étendre leurs activités », a insisté M. Benaïssa.
R.N. Le Maghreb 20/07/2010

Je figure parmi les 25 signataires. (sur les 389 députés ? ) On demande la constitution d’une commission d’enquête parlementaire pour agir contre la corruption

30 juin 2010

« L’initiative est signée par 25 élus représentant diverses formations politiques siégeant à l’APN. » Elwatan 30/06/2010

Listes des députés signataires de la demande d'une commission d'enquête parlementaire au sujet de la corruption

Ils demandent la constitution d’une commission d’enquête parlementaire :

Des députés veulent agir contre la corruption.

Les députés se réveillent et décident d’utiliser leurs prérogatives. Ils demandent enfin une commission d’enquête parlementaire sur le phénomène de la corruption qui ne cesse de gangrener l’économie nationale. Le bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) est destinataire, depuis hier, d’une première demande du genre. Elaborée par le député Ali Brahimi, ancien élu du RCD écarté, l’initiative est signée par 25 élus représentant diverses formations politiques siégeant à l’APN. « La corruption s’est imposée ces dernières années comme un sujet central de la vie publique. C’est pour nous un honneur de vous demander de bien vouloir procéder à la constitution d’une commission d’enquête parlementaire chargée d’examiner ce phénomène qui est actuellement sujet de grosses inquiétudes chez la quasi-totalité des citoyens et de l’opinion nationale », explique d’emblée l’auteur de la demande.

M Brahimi revient, dans son exposé des motifs, sur l’étendue du mal : « Il n’est pas exagéré de dire qu’après le terrorisme, c’est la deuxième menace la plus dangereuse contre la sécurité nationale. L’absence de communication officielle sur cette déviance et l’impunité qui parait l’entourer sont deux autres caractéristiques spécifiques très préoccupantes. » La commission voulue par le député de la circonscription électorale de Bouira ne devrait pas mener une enquête superficielle, dans le cas où elle serait acceptée par le bureau de l’APN ; il souligne dans ce sens, tout facteur favorisant la corruption. A commencer par le recours exagéré à la procédure du gré à gré dans l’octroi des marchés publics pour arriver à l’insuffisance de la maturation des projets en passant par la multiplication des sous-traitants et la bureaucratie.

« Les détournements de franchises fiscales et douanières et autres facilitations bancaires imméritées, la fraude fiscale et l’évasion de capitaux sont d’autres plaies du chancre qui ronge l’économie nationale », souligne-t-il encore. Le député cite également les signes ostentatoires de richesse qui choquent les Algériens sans toutefois faire réagir les institutions nationales de lutte contre la corruption. C’est pourquoi Ali Brahimi enchaîne avec une série de questions : « Y-a-t-il un plan doté d’objectifs et d’échéances ? L’action publique et judiciaire se déclenche-t-elle automatiquement et de manière indépendante dès lors qu’un scandale de corruption est mis à jour par les services d’investigation, la presse ou le citoyen, ou d’autres indices comme les signes ostentatoires de richesse ? Quelle place et quelles garanties le dispositif de lutte contre la corruption offre-t-il à l’initiative citoyenne ? »

Le député souligne également l’importance de connaître les bilans chiffrés de la lutte contre la corruption. « La connaissance des résultats éventuels de la lutte menée sur ce terrain par les divers services de l’Etat permettra d’apprécier le volume du phénomène, ses sources et secteurs de prédilection, les échelles de responsabilité individuelles et collectives impliquées et, le cas échéant, sanctionnées », écrit-il, en demandant aussi à faire certifier par des centres d’évaluation spécialisés extérieurs les bilans du dispositif national de lutte contre la corruption. Cette initiative mettra, sans nul doute, à rude épreuve le président de l’APN, Abdelaziz Ziari et son bureau.

Ce dernier, qui avait déjà passé sous silence une demande de débat général sur la corruption proposé par le RCD, mettra en jeu ce qui reste de la crédibilité de l’institution parlementaire. Va-t-il accepter de constituer cette commission ?

Par Madjid Makedhi

Corruption, les députés s’en mêlent

Un groupe de députés issus de plusieurs partis politiques représentés à l’Assemblée populaire nationale et des indépendants ont déposé il y a quelques jours sur le bureau de l’APN une demande de constitution d’une commission d’enquête parlementaire sur la corruption. Parrainée par 25 parlementaires, dont deux élus du FLN et un du RND, dont les formations font partie de la majorité présidentielle, la requête des députés réunit, en droit, le quorum nécessaire fixé par les textes réglementaires en vigueur à 20 députés pour obtenir le quitus du bureau de l’APN.

Dans la présentation liminaire de 4 pages accompagnant la demande, les députés préviennent, pour éviter tout amalgame, qu’il n’est nullement dans leur intention d’empiéter sur le travail de la justice et qu’ils entendent simplement exercer de manière « concrète et légitime des prérogatives et des droits et devoirs constitutionnels et légaux de l’instance parlementaire ». Selon ses instigateurs, la commission d’enquête aura pour mission d’engager des investigations sur « l’ampleur, les sources, méthodes et niveaux de responsabilité de la corruption et de proposer les correctifs juridiques et institutionnels susceptibles de mettre un terme à l’hémorragie qui saigne les ressources de la nation ».

Vaste programme qui incline à se demander si la commission parlementaire pourrait avoir les moyens de sa politique en vue d’engager une telle réflexion, bousculer interdits et tabous qui entourent ce dossier sensible en accédant à l’information, quelles qu’en soient la puissance et l’influence des personnes mises en cause. Si toutefois, bien sûr, la demande est déclarée recevable par le bureau de l’APN, ce qui n’est pas évident, compte tenu précisément des enjeux stratégiques du dossier et des sensibilités politiques de la majorité des députés signataires du document. Au plan légal, le bureau de l’APN est souverain pour donner une suite favorable ou jeter au rebut l’initiative des députés.

Mais d’un autre côté, le bureau se trouve, d’une certaine manière, piégé par ce coup de force constitutionnel dans la mesure où la demande des députés réunit le quorum exigé par la loi. Au-delà des manœuvres et des joutes parlementaires que cette initiative ne manquera pas de provoquer, telle qu’elle est déclinée, la commission d’enquête demandée ressemble, pour certains, à un forum de réflexion sur la corruption. Peut-être pas dans ses objectifs qui sont respectables et louables pour tous ceux qui militent pour la transparence dans la gestion des deniers publics, mais dans sa méthodologie de travail et les résultats pratiques sur lesquels pourraient déboucher les travaux d’une telle commission.

D’aucuns y voient déjà, en effet, un simple abécédaire, un guide pratique de la lutte contre la corruption, tout juste bon à être enseigné dans les facultés de droit. Sans aucun effet exécutoire et contraignant pour les pouvoirs publics. L’initiative des députés aurait eu sans nul doute plus de pertinence aux plans politique et législatif si elle était mieux ciblée sur des dossiers concrets de corruption que le Parlement peut débattre dans les limites de ses prérogatives et dans le respect de l’institution judiciaire. Le compromis politique qui se dégage en filigrane de la formulation de l’intitulé de la commission d’enquête trouvera-t-il, malgré tout, des oreilles attentives au niveau du bureau de l’APN ?

Par Omar Berbiche


A participé à l’APN, à une journée parlementaire sous le thème « vers une stratégie nationale pour concrétiser la sécurité alimentaire ».

5 mai 2010

A participé à l’APN, à une journée parlementaire sous le thème « vers une stratégie nationale pour concrétiser la sécurité alimentaire ».
Organisée par la commission de l’agriculture, de la pêche et de la protection de l’environnement dont je suis membre.
J’ai pu inviter une dizaine de fellahs (agricu

Notre invités pour la journée : Fellah (agriculteur) de Achaacha, et Mr Messouss Rabah Directeur du Centre de Formation et de Vulgarisation

Notre invité pour la journée : Mr Benabou Mohamed technicien en agronomie de Hadjadj (Mostaganem)

Avec Mr. Smaïl Mimoune, ministre de la pêche et des ressources halieutiques

lteurs)  et cadres de l’agriculture de la wilaya de Mostaganem à cette journée.